« Racines », c’est une série d’images réalisées lors de plusieurs voyages à Cuba et surtout à la Havane,

que j’ai exposée à trois reprises.

J’ai utilisé plusieurs procédés de développement de films et de nombreux appareils photos, tous différents, chacun avec sa spécificité, donnant un ensemble hétéroclite à souhait. Holga, l’appareil photo chinois, tout en plastique, pas étanche à la lumière et impossible à régler. Leica M le boitier 24X36 de reportage par excellence et l’Hasselblad avec son grand négatif et ses objectifs extraordinaires.

Sur les traces de mon père cubain, natif de La Havane, de sa maison d’enfance, à la recherche de mes origines et à la rencontre d’une partie inconnue de ma famille. Dans un pays dévasté par le blocus américain et la crise économique, il est parfois très difficile de s’écarter des routes balisées pour les étrangers et de rentrer en contact avec des cubains « de tous les jours ».

Très intéressé par la pratique de la Santeria, j’ai réussi à rencontrer des prêtres et des prêtresses de la religion Yoruba.

Le syncrétisme qui permit aux esclaves africains de mêler leur religion Yoruba (alors interdite) à celle des  catholiques, et ainsi de la pratiquer au vu et au su de tous.

Même si les couleurs vibrent dans mes images, la mélancolie n’en est pas absente, le constat aussi d’un échec politique flagrant  au mépris surtout d’une population si attachante et si désemparée.

©Philippe Castaño. Tous droits réservés.